Visite conseil

Prévention des litiges

Informer son locataire.

 

La visite conseil présente de nombreuses vertus.

Pour votre locataire, il s’agit d’être informé très précisément des travaux, réparations ou remises en état qu’il doit effectuer avant son départ. Ceci pour qu’au  moment de l’état des lieux, il ne soit pas pris au dépourvu.  Une lame de parquet à remplacer, un jeu de clés égaré, un joint de robinet défectueux… La liste des entretiens courants à sa charge est longue. Bien souvent, le locataire oublie ses obligations. La visite conseil est l’instant privilégié pour constater l’état du bien. Elle est  très utile dans la prévention des litiges.

La visite conseil se programme un ou deux mois avant l’état des lieux, afin de laisser le temps au sortant de faire le nécessaire. Nous organisons le rendez-vous directement avec lui, ou vous fixez vous-même le jour, après avoir convenu d’une ou plusieurs dates avec nous.

Nous effectuons cette démarche avec minutie et diplomatie, et remettons le jour même un pré-constat dressé comme un inventaire, pièce par pièce. Votre locataire peut donc s’y référer en continu dans sa démarche, pour se conformer à ses obligations.

Relouer plus rapidement.

 

Pour vous bailleur, la visite conseil permet d’anticiper les contestations et de prévenir les litiges qui en découlent. C’est une démarche vertueuse pour mettre en place des relations sereines, et éviter les crispations à la restitution des clefs.

En outre, ce pré-constat permet de récupérer le bien en meilleur état, et d’anticiper les travaux qui vous incombent. Ainsi, vous pouvez relouer le bien plus rapidement.

La visite conseil permet à vos gestionnaires d’organiser un calendrier, et d’intégrer dans le planning  d’éventuelles interventions de travaux. Réalisée par un intervenant extérieur à votre organisation, la visite conseil apporte une neutralité dans les échanges, au même titre que l’état des lieux.

Réalisée sur tablette avec photos, avec un logiciel adapté, elle est contresignée sur place par le locataire et le mandataire, et envoyé immédiatement par mail en PDF aux deux parties.

« Un locataire averti de ses obligations »